Weissmies – Traversée en solo

samedi 16 juin

Bon … un peu les rires cette sortie mais finalement que du pur bonheur!
Par où commencer, ah oui. En milieu de semaine j’ai les potes du team qui proposent d’aller faire l’Aiguille Verte, sommet que j’ai très envie de gravir. Problème, ils vont vendredi-samedi vu que ça joue mieux avec la météo. Comme un âne je viens de recommencer à bosser et je peux pas me libérer, pas grave, une prochaine.
Je cherche du monde pour aller se peler le cul sur une montagne et je trouve pas un seul fanatique… ok ok… pas grave, une prochaine.
Je sors un peu tout ça de mon esprit parce que c’est vendredi après midi et c’est apéro au boulot. Je bois une bière, puis deux, puis 12 et je fini par m’en renfiler 3 au bistro. C’est 20h, je suis quillé et mon esprit, contre toute attente, trouve une idée lumineuse, il me dit: Bordel mec bouge toi ! Demain tu vas faire la sud du Weissmies, ça passe easy, y’a pas de glacier et c’est genre PD- ! Mieux ça que de comater toute la matinée demain…
Ok esprit tu m’a convaincu.
Je rentre à la maison, prépare mes affaires et je me casse direction Saas-Almagell. J’arrive, niquel. Je monte encore un bout sur la route, tout ça de gagné pour demain et hop au dodo, réveil 3h30.
Le réveil pique mais je suis motiv’. à 4h je me lance avec ma frontale et une vieille pâteuse en bouche.
J’avance vite parce que de nuit t’as toujours une peur infondée qu’il y ait un ours derrière toi. Non je rigole c’est parce que j’ai froid.
Au col, je suis accueilli par un magnifique soleil que j’attendais depuis longtemps. Je remonte la pente de neige et je vois deux cordées plus haut, cool !
Je les rejoins rapidement dans les premières sections de rocher, où je laisse mes bâtons. D’abord deux jeunes valaisans super cool puis devant des Anglophones.
Quand j’arrive à leur hauteur, ils commencent à me parler en Anglais. Pourtant j’ai aucun souci avec cette langue mais là impossible de comprendre un mot. Sûrement des écossais…
Je continue et je trace la fin. Encore un joli bout sur des corniches et me voilà au sommet ! Superbe, pas de mots. je regarde la montre j’ai mis 4h30 pour 2100m de dénivelé. Pas mal pour un lendemain d’hier !
Après un petit moment d’hésitation, je me dit que chier de descendre par où je suis venu. Même si je suis solo et que ça se fait pas d’aller sur un glacier seul là c’est gavé de neigé, les crevasse j’en vois pas une et il est tôt, la neige est encore dure béton, c’est parti.
Quand j’arrive à la moitié de la descente je me dit meeeeerde mes bâtons!!! Trop tard. Je calme mon esprit en me rappelant l’enseignement bouddhiste reçu au Népal de ne pas s’attacher aux choses impermanentes, au moins ça fera un heureux.
Et voilà une bien belle matinée ! Retour à la voiture par un magnifique chemin avec au loin le barrage de Mattmark qui me rappelle que j’ai plus d’eau dans la gourde et que j’ai soif.

Flickr Album Gallery Powered By: Weblizar